AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « que sous ton souffle le temps s'allonge »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: « que sous ton souffle le temps s'allonge »   Dim 6 Nov - 16:03
Irving Iordan Löwenhart

« I don't think that you can fake warmth. You can fake lust, jealousy, anger; those are all quite easy. But actual, genuine warmth? I don't think you can fake it. »
Ω Prénom : Irving, Iordan, mélange germano-russe de ses origines. Ω Nom  : Löwenhart. Ω Âge : vingt-six ans, et presque toutes ses dents. Ω Profession / Occupation : barman de son propre établissement (merci l'héritage de Papa), il pose aussi comme modèle photo (nu principalement) à ses heures perdues, exclusivement pour le plaisir d'être regardé. Ω Quartier de résidence : ici Ω Statut civil : aucun ; il n'a jamais cherché à remplir cette case. Ω Orientation sexuelle : bisexuel à tendance je baise tout ce qui bouge. Ω une passion : la musique, et la complexité de l'âme humaine. Ω un vice : trop nombreux pour tous les citer. Ω votre groupe : luxure, obviously.

On dit de moi que je suis menteur
Ma mère adorait répéter que le premier mot que j'avais prononcé n'était ni papa, ni maman... mais plutôt « oups », mes grands yeux bleus innocents fixant mon interlocuteur avec cet air ingénu à la « cépamoijérienfé », même si la preuve de mon délit se trouvait juste sous leur nez. Cela aurait pu devenir presque mignon, si, en grandissant, cela n'était pas devenu un jeu de dupes dans lequel j'excellerai de plus en plus, sans réussir à m'imposer la moindre limite. Mon père me targuerait d'être un p'tit con hypocrite, ce à quoi je répondrais fièrement « ah non, j'suis pas un p'tit con... en revanche, un gros connard... », sourire moqueur aux accents carnassiers aux lèvres. C'est un fait, je suis bien trop parfait pour être honnête ; les apparences sont devenues tout ce qui compte à mes yeux, et en jouer mon activité favorite. J'ai toujours su manipuler mon monde, à faire ce qu'on attendait de moi mais toujours sous couvert d'obtenir seulement ce que moi je voulais, à retourner toutes les situations à mon avantage avec une facilité déconcertante, me fichant complètement de ce que voulaient les autres. Non, clairement, je ne suis pas digne de confiance. Peut-être au fond est-ce parce que je n'ai jamais eu confiance en les autres, ni dans la vie. La vie n'est pas juste, alors pourquoi le serai-je ? Elle n'est qu'une traîtresse, qui peut tout te donner et puis tout te reprendre aussi sec. Je sais que le monde est faux, et qu'il ne faut pas jouer dans ses règles si on ne veut pas être celui qui se fait dévorer. Je suis celui qui mange avant d'être mangé, qui blesse avant d'être blessé ; mais à se croire intouchable, un jour on finit inexorablement par toucher le fond. Alors, pour ne pas me rendre compte du vide intersidéral qui compose notre existence, j'ai voué mon existence à me remplir. Boulimique d'expériences nouvelles, je cherche à toujours aller plus loin. Simuler, mentir, frissonner... Marcher sur le fil, tel un funambule au dessus de l’abime, prêt à se jeter dans le vide.
c'est une question de principes
Ω Qu'est-ce qui fait de vous quelqu'un d'horrible ? Sûrement qu'Irving préfèrerait crever plutôt que de dire la vérité, notamment sur les sentiments qu'il éprouve. Sur ce mal-être qui le ronge, malgré la froide indifférence qu'il laisse paraître. Cette prétendue imperméabilité à la souffrance est en réalité factice. S'il piétine si facilement le coeur des gens, c'est parce que le sien a été écrasé. S'il peut trahir n'importe qui sans montrer le moindre scrupule, c'est parce que personne n'a jamais tenu les promesses qu'ils lui faisaient. Irving est une victime avant d'être un bourreau. Les mécanismes de défense précoces qu'il a mis en place depuis l'enfance sont si ancrés en lui qu'il ne saurait même plus aujourd'hui comment, tout simplement, être lui-même. Le plus triste est sûrement qu'il ne sait même pas vraiment qui il est, malgré la confiance en lui exacerbée qu'il renvoie. Il est coincé dans cette image de perfection et d'assurance, et serait capable de tout pour que personne n'entrevoie jamais la moindre fragilité de son être. Après tout, l'image de connard insensible lui va si bien, que se passerait-il s'il verbalisait qu'il se sent tellement seul qu'il rêve parfois de se mettre une balle dans la tête, juste pour éteindre les idées noires qui grouillent sous son crâne, et dont la simple pensée lui laboure les entrailles ? Il n'aurait plus rien. Il n'inspirerait plus le désir. Il serait seulement pathétique. Sa cruauté est sa protection face à l'adversité. Son refus constant de dépendre des autres est le reflet de ce manque à combler, cette haine de lui-même qu'il cherche à évacuer dans la proximité des corps et l'attirance physique. Du superficiel, pour ne jamais qu'on découvre à quel point il est artificiel.

Ω Quel est le défaut qui vous agace le plus chez les autres ? Les adaptes du bavardage inutile. Ceux qui ont besoin de parler, parler, parler. D'eux, évidemment. De leurs petites vies insipides. De leurs malheurs. Ils horripilent Irving. Clairement, il n'est pas homme sur l'épaule duquel il faut venir pleurer après une rupture ou parce que son patron n'a pas été très très gentil aujourd'hui, à moins de vouloir subir son courroux (et de risquer repartir en pleurant d'autant plus). Un peu de tenue, merde. Cependant, s'il veut obtenir quelque chose de vous, il saura écouter et s'en servir (par exemple, si vous êtes physiquement son type et émotionnellement vulnérable, bonne chance). Pour autant, les longues conversations pertinentes et philosophiques ne l'effraient pas ; au contraire, il les trouve vivifiantes, bien que malheureusement, les interlocuteurs capables de les produire sont très peu nombreux... Surtout du point de vue de derrière le comptoir de son bar. Sujets à éviter également : la politique et les résultats sportifs. A bon entendeur.

Ω Que vous inspirent les parisiens  ? Dans l'ensemble, pas grand chose. Irving n'est pas du genre à coller une étiquette aux gens sous prétexte qu'ils viennent d'une ville ou d'un pays en particulier, surtout qu'à Paris la diversité est plutôt grande, ce qui n'est pas pour lui déplaire, lui-même n'étant pas parisien d'origine. Comme tout le monde, il lui arrive de trouver que certains sont trop bobos, trop pressés, trop chauvins, trop hipster... et j'en passe, mais il n'a pas spécialement d’à-prioris sur eux. Tant qu'ils ne viennent pas le faire chier, tout va bien. Et ça vaut pour tous les autres.

Ω Quelle est la pire chose que vous ayez faite ? expliquez nous la réaction de votre personnage en quelques phrases. N'oubliez pas de rendre votre réponse pertinente avec votre personnage ; par exemple, si c'est un trouillard, il n'aura peut être pas l'idée d'aller crier sur le voleur...

Ω Quelle est votre meilleure qualité ? expliquez nous la réaction de votre personnage en quelques phrases. N'oubliez pas de rendre votre réponse pertinente avec votre personnage ; par exemple, si c'est un trouillard, il n'aura peut être pas l'idée d'aller crier sur le voleur...  

Ω Qu'appréciez-vous le plus chez les autres ? expliquez nous la réaction de votre personnage en quelques phrases. N'oubliez pas de rendre votre réponse pertinente avec votre personnage ; par exemple, si c'est un trouillard, il n'aura peut être pas l'idée d'aller crier sur le voleur...
Ω Pseudo : calim'elow Ω Prénom : élo(w)die Ω Âge : 25 Ω Présence sur le forum : variable Ω Crédits : avatar (c) shiya Ω Code du règlement : eiffel tower Ω Commentaires / remarques : ça fait longtemps que j'ai pas RP alors je demande votre indulgence    Ω autres précisions : keur sur vous    


Dernière édition par Irving Löwenhart le Dim 6 Nov - 18:24, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « que sous ton souffle le temps s'allonge »   Dim 6 Nov - 16:03
AND WHEN I AM YOU'LL KNOW

«
And in the morning there'll be hope, and in the morning there'll be light ;
and if I sleep and dream up a system, a solution to fend off perils of the night.
Come on in, I'll be born again, born again as someone else,
someone kinder, someone surer, someone beautiful...

Someone purer.
»

Mon père était un homme charismatique. Droit, intègre et diablement autoritaire, il était loué par bon nombre de ses pairs, excellant en tant qu'avocat en droits des affaires internationales à Paris depuis maintenant de longues années. Il n'en restait pas moins diablement austère dans l'intimité, surtout du point de vue d'un petit garçon de six ans qui, alors qu'il venait juste de regarder sa mère emporter avec elle sa grande soeur en Russie natale à l'issue d'un divorce houleux où elle avait tout perdu sauf la garde de cette dernière, s'était vu annoncer de but en blanc : « Tu es le seul héritier des Löwenhart maintenant, sois-en digne ». Plutôt que d'être réconforté alors que son coeur semblait lui avoir été arraché, le jeune garçon que j'étais avait été propulsé dans un monde de responsabilités et de devoirs, élevé dans l'ombre de son patriarche pour en devenir le successeur légitime. Privé d'amour et de libre arbitre, j'avais dû m'adapter pour suivre ; faire illusion, courber faussement l'échine tout en tâchant de mener ma barque jusqu'au moment où je pourrais renverser la vapeur... Mais malgré tous mes efforts, je n'avais jamais su trouver de réel échappatoire, et je n'avais pu empêcher le vide de se creuser chaque jour un peu plus dans ma poitrine. Arrivé à l'âge de l'adolescence, je m'étais alors mis en tête de trouver des exutoires, n'importe quoi pour sortir de ce carcan, réussir à me libérer de toute cette pression qui m'empêchait de vivre. Ainsi a débutée ma recherche de sensations. Alcool, d'abord. Puis drogue. Petits délits. Bagarres. J'aurais fait n'importe quoi pour éprouver quelque chose, autre que cette haine qui me rongeait, ce dégoût de moi-même et des choses que je devais faire pour plaire à mon père (et qui, évidemment, n'étaient jamais assez biens pour lui). Et puis il y avait ce manque à combler, ce creux toujours plus béant sous mes côtes, tel un trou noir demandant toujours plus de matière, aspirant peu à peu les dernières miettes de mon âme. C'est dans un des moments le plus sombre de cette période que j'avais rencontré Gemma. Elle était diablement belle, et elle s'est donnée à moi, un soir, comme ça, sans raison, alors qu'elle aurait pu avoir tous les autres mecs de la soirée et que j'étais le seul qui n'aurait osé l'imaginer mienne. Elle fit son entrée dans ma vie avec fracas, et alors qu'elle aurait pu la quitte aussi vite, elle choisit de rester un moment. De quelques années mon ainée, c'était comme si elle avait tout vu, tout fait. Elle me fascinait. Pire, elle me façonnait. Et c'est entre ses doigts, et à travers ses histoires, que j'ai découvert bon nombre des plaisirs de la chair, et des perspectives qui s'offraient à moi. « Avec ton argent et ta gueule d'ange, tu pourrais avoir le monde à tes pieds », aimait-elle me susurrer de ses yeux noirs brillants, un pétard aux lèvres ajoutant de la provocation à son air déjà naturellement espiègle. Un soir, elle s'était approchée doucement de moi alors que je feignais dormir après l'amour, et avait murmuré au creux de mon oreille « j'ai bien vu que je ne te suffis plus, ton regard sur moi n'est plus le même, alors il est temps que l'on se dise au revoir... adieu, mon amour ». Je n'avais pas bougé un cil, et elle s'en était allée sans un bruit. J'ignorai exactement quand tout avait basculé, mais elle avait su ; et elle avait eu raison.

uc.


Dernière édition par Irving Löwenhart le Lun 7 Nov - 15:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

× pseudo : BOHEMIAN RHAPOSDY
× messages : 138
x points : 121
× date d'inscription : 01/10/2016
→ âge : 20 ans

MessageSujet: Re: « que sous ton souffle le temps s'allonge »   Dim 6 Nov - 16:04
Ravie de t'accueillir pour la reprise du rp J'espère que le forum comblera tes attentes
Bienvenue en tout cas, et bonne chance pour la fiche

_________________
another one bites the dust
Are you happy, are you satisfied, How long can you stand the heat ? Out of the doorway the bullets rip... to the sound of the beat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 90
x points : 29
× date d'inscription : 23/10/2016
→ âge : 35 yo.

MessageSujet: Re: « que sous ton souffle le temps s'allonge »   Dim 6 Nov - 17:01
c'est qu'ils arrivent en bande en plus les pré-liens de solas, wesh. enfin - bon choix, nous faudra un lien avec gabe et et et bienvenue. voilà. au passage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « que sous ton souffle le temps s'allonge »   Dim 6 Nov - 17:53
Merciii Andrea
& Arthur je tiens à dire que ce n'était pas du tout prévu, j'avais l'idée de personnage depuis hier soir et j'ai cliqué sur le pré-lien par curiosité. Voyant qu'il restait une place j'me suis dit "allez", si j'peux faire des heureux.ses cela dit avec plaisir pour le futur lien et merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar

× pseudo : TheBlackWook
× messages : 72
x points : 17
× date d'inscription : 08/10/2016
→ âge : 24 ans

MessageSujet: Re: « que sous ton souffle le temps s'allonge »   Ven 11 Nov - 23:39
Bienvenue parmi nous ! J'aime ta fiche :bril: !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : SPLEEN
× messages : 120
x points : 61
× date d'inscription : 10/10/2016
→ âge : vingt-et-un ans.

MessageSujet: Re: « que sous ton souffle le temps s'allonge »   Lun 14 Nov - 20:44
Bienvenue parmi nous I love you
Ta plume est magnifique et ton choix d'avatar aussi splendide!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « que sous ton souffle le temps s'allonge »   Mar 15 Nov - 21:28

    Merci vous deux vous êtes des amours

    Petit message également pour m'excuser et demander un petit délai jusqu'à dimanche si c'est possible J'ai eu un imprévu d'ordre médical du coup il m'a été physiquement difficile de taper à l'ordinateur (élongation du nerf cubital, si si c'est possible de s'étirer un nerf... et comme ce con passe de l'épaule jusqu'aux doigts, deux précisément, c'est pas hyper pratique, parce que ces derniers ont perdu toute sensibilité - et ne la retrouveront apparemment pas avant plusieurs mois - on a l'épaule gauche en feu et on peut plus poser le coude #karmapourri), du coup je commence juste à me remettre (après une semaine de bras en écharpe) eeet je peux vous dire que c'était pas une sinécure x) m'enfin bref voilà, comme la semaine j'ai cours c'est pas facile pour moi de mobiliser mon énergie là de suite mais ce week-end je devrais pouvoir terminer tout ça tranquillement, si ce n'est pas trop tard (promis ce sera pas long, j'ai presque terminé Arrow)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « que sous ton souffle le temps s'allonge »   
Revenir en haut Aller en bas
 

« que sous ton souffle le temps s'allonge »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le bourgeon grandit sous le souffle de l'ours qui observe sa vie |Rp Kuchiyose|
» Une petite balade sous ce temps radieux. | Libre |
» A quels autres jeux sympa jouez-vous sous Android ?
» Que se cache t-il sous le voile de la mariée ? [Mission Rang A | PV Chikin]
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE TERRIBLE PEOPLE  :: I LOVE RIEN, I'M A PARISIEN :: j'aime plus Paris :: fiches refusées-