AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ( the existence of other people is essentially awkward )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 164
x points : 131
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : twenty one, barely.

MessageSujet: ( the existence of other people is essentially awkward )   Ven 28 Oct - 21:03
plus le temps passe, plus il s'habitue à l'appartement vide. au travail, aux courses, peu importe, vraiment. mais il a du temps à perdre aux fenêtres. pas comme s'il avait vraiment besoin de calme. il a juste a éteindre ses aides pour l'avoir le calme. et c'est comme d'habitude, vraiment. il sort juste ses pinceaux, un tableau à terminer, une fois son huitième thé de la journée fini. c'est qu'il ne s'ose pas à trop mélanger boisson et travail. non que ce soit un vrai problème, jusqu'à ce qu'il se mette à tremper ses pinceaux dans le mariage frères. là, pour le coup, c'est plus embêtant, plus pour son estomac que sa peinture. et il a pris possession presque entière du salon, un œil sur l'ampoule, à gauche de la porte, au-dessus de l'interphone. elle s'allume quand on sonne, mais - juste au cas ou, il a laissé malgré cela ses aides allumées. il n'attend personne, enfin - pas pour lui, mais un post-it lui a demandé de garder l’œil ouvert, juste au cas ou. quelqu'un est censé passer, peut-être avant que solas soit rentré, ciro, s'il ne se trompe pas. meilleur ami dont il n'a que trop entendu parler. peut-être qu'il aura eu l'instruction de rentrer. c'est ouvert de toute façon. mais juste au cas ou, il est censé au moins porter attention à la porte. au cas ou, peut-être, plutôt que lui, un cambrioleur trouve à entrer. quoi qu'il ne trouverait pas grand chose à piquer dans cet appartement. enfin, pour le moment, sauf pour quelque vague attention portée à cette ampoule, il est tout à sa peinture.

et il s'y perds un peu, comme toujours. peinture sur les joues, et il n'y porte aucune attention, ne le remarque même pas. il lui arrive souvent, trop souvent de ne pas le remarquer avant de se retrouver devant un miroir, tard le soir, ou tôt le matin, près du réveil. c'est qu'il est tout à ses idées, quand rien ne pourrait le sortir de cette torpeur étrangement active, qu'il a à agiter ses pinceaux, à mélanger ses couleurs. peut-être que c'est là dedans qu'il est des plus perfectionnistes, la teinte, la nuance parfaite. ses couleurs, elles font et défont un tout, une ambiance. et peut-être même qu'il n'est pas aussi parfait dans ses coups de pinceaux ou dans ses crayonnés. mais la couleur, il ne l'appliquera à moins qu'elle soit plus que parfaite. et il a beau s'acharner, ce vert ne semble juste pas être assez proche de ce qu'il imagine, surtout avec la lumière. mais il manque de tout faire tomber quand son appareil se met à siffler. bien entendu. interférence quelconque. plus simple que n'importe quelle vibration pour qu'il réponde à son portable. spam. en plus. effacé aussi sec, et il a du vert partout sur les mains, du genre qui s'assortit à merveille avec son jean déjà composé pour moitié de peinture séchée, et le jaune sur sa joue. et l'ampoule s'allume. si ce n'était pas tant d'effort pour bien peu, il aurait laissé échapper un juron. et le voilà qui se bat avec la porte, histoire, au moins, d'éviter d'avoir à la nettoyer aussi. trop concentré sur la poignée et sur ses mains pour lever les yeux rapidement quand elle s'ouvre, et ne produisant probablement pas le son désiré. définitivement pas, en fait, des bribes de mots qui se perdent, quand vocaliser est bien trop souvent un effort. et finalement il lève les yeux. un 'oh', tout aussi inaudible, du genre qui se lit sur les lèvres. du genre qui se perd dans le silence. mais il doit se reprendre, au moins. certain que ce ne peut pas être ciro. on l’espérera. « je-oui ? » la voix serait enrouée, presque coincée dans sa gorge, mais elle est déjà, naturellement trop aiguë. il aurait joint le geste à la parole, mais l'oublierait presque. de toute facon, il ne l'aurait probablement pas compris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

( the existence of other people is essentially awkward )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» ★ GLAMOUR PEOPLE
» People's Glory

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE TERRIBLE PEOPLE  :: paris ville des anges :: sud de paris :: 5ème arrondissement-