AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Catch me if you can (Skylar & Eodiaz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

× pseudo : spf
× messages : 63
x points : 63
× date d'inscription : 01/10/2016
→ âge : 31 ans

MessageSujet: Catch me if you can (Skylar & Eodiaz)   Dim 16 Oct - 23:15
Voilà maintenant six longues années que ta vie avait brusquement changé, tu étais autrefois une arnaqueuse amoureuse, une étais une jeune femme comblée, tu formais un duo de choc avec ton âme-sœur, rien ni personne ne semblait capable de se mettre sur votre chemin, personne... C'est pourtant ton propre père qui s'est mêlé de vos affaires, il n'appréciait pas du tout que tu puisses collaborer avec une autre arnaqueuse, selon lui l'arnaque était une histoire de famille et il était inconcevable que tu puisses les délaisser lui et ta mère au profit d'une autre. Tu as payé le prix fort, tu as perdu la femme de ta vie, tu as perdu ta raison de vivre, puis tu as sombré dans une profonde dépression durant plusieurs mois. Si aujourd'hui tu donnes l'impression d'être une jeune femme heureuse, c'est plus une impression qu'autre chose, tu ne veux pas te lamenter éperdument sur ton propre sort, tu veux avancer, c'est pour cette raison que tu as abandonné l'arnaque afin de te consacrer à une activité licite. Tu vis désormais en coloc avec deux jeunes gens, tu passes tes soirées à faire la fête, à t'amuser, à enchaîner les conquêtes d'un soir, mais au fond tu es bien consciente que tu as laissé passé ta chance d'être vraiment épanouie et comblée. Tu te levais assez tardivement ce jour, la tête un peu dans le cul, tu t'étais couchée aux alentours de cinq heures du mat' après avoir fait la fête et tu tentais de te motiver afin d'aller te préparer pour ton rendez-vous. Tu as reçu l'appel d'une jeune femme il y a de cela quelques jours, elle semblait connaître la réputation de ton agence et souhaitait à tout prix te mettre en relation avec une chanteuse de talent qui allait selon ses dires te rapporter gros. Ce n'est pas du tout comme ça que tu fonctionnes en temps normal, tu as pris l'habitude de découvrir les talents par toi-même et tu ne t'encombres d'aucun intermédiaire, t'assurant un maximum de bénéfices de cette manière là, mais soit.. Tu pouvais bien lui laisser une chance de te présenter son offre au moins. Tu allais te doucher, puis tu enfilais une tenue décente pour recevoir cette jeune femme, un jean noir et une veste de smoking noir en dessous de laquelle tu avais enfilé un T-shirt blanc. Tu étais fin prête à la recevoir, tu allais te préparer un bon café et lorsque l'interphone de l'appartement sonna tu allais lui ouvrir et tu pris le soin d'entrouvrir la porte afin qu'elle puisse directement accéder à l'appartement, tu en profitais pour aller dans la cuisine afin de rajouter un peu de whisky dans ton café. Tu en buvais une gorgée et en arrivant dans le salon tu restas figée après avoir découvert la jolie brunette. Tu ne parvenais pas à prononcer le moindre mot, tu avais l'impression de voir un fantôme devant toi. Tu posais la tasse de café sur la table et tu te passais les mains sur le visage, tu n'en revenais absolument pas. "Que... Que... Qu'est-ce que tu fiches là ?" Tu prenais ensuite conscience de l'absurdité de la scène, elle était certainement là dans le but de t'arnaquer mais ne devait certainement pas savoir qui se cachait derrière la voix qu'elle avait entendu au téléphone. Tu explosais alors de rire. "Ne me dis pas que t'étais censée m'arnaquer quand même ? Je rêve !" Cette scène était tellement cocasse qu'elle en devenait presque drôle, pourtant tu n'étais pas spécialement ravie de la voir réapparaître ainsi après six longues années d'absence. Tu t'approchais du canapé et tu te laissais tomber dedans. Tu pourrais bien continuer d'essayer de rire de tout ça mais la douleur refaisait alors surface. Oui, tu étais passé à coté de l'amour de ta vie, et voilà qu'elle revenait te hanter, remuer le couteau dans la plaie... Il n'y a pas pire torture que ce que t'es en train de subir à cet instant précis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : Drizzle
× messages : 32
x points : 8
× date d'inscription : 09/10/2016
→ âge : 32 ans

MessageSujet: Re: Catch me if you can (Skylar & Eodiaz)   Lun 24 Oct - 0:49
Elle tousse, elle s'ennuie. Ses doigts la démangent et lui demandent de se bouger, de faire quelque chose. Mais elle a la flemme. Elle n'a pas l'habitude d'être dans ce tourbillon de lassitude. Skylar a toujours quelque chose à faire. Peu importe quoi, quand ou comment, mais elle arrive étonnement à s'occuper de n'importe quelle manière. Mais aujourd'hui, c'est zéro ; le néant absolu. Quoiqu'elle ait appelé pour un rendez-vous il y a de cela quelques jours -peu captivant vu son humeur fracassante-, elle tournait en rond à la recherche d'une quelconque occupation. Ça faisait plusieurs mois qu'elle était de retour sur Paris, et elle retrouvait tout doucement ses bases ; mais son quotidien manquait d'une pointe de frivolité, d'amusement. A toujours penser au travail, on finit par se briser la santé.  Oui, c'est ça. En un mot : elle s'emmerde. Alors elle se noie dans des dossiers et des papiers à longueur de journée, avec entre temps quelques visites et quelques verres échangés par-ci par là. Rien de très extraordinaire en soit, ni même très excitant. Une vie banale pour quelqu'un que ne travaille pas légalement ; quoi de plus normal ?  C'était quoi ce rendez-vous déjà... ? Ah oui. Affichage : Société de découverte de talents ; pour Sky c'était plutôt autre chose : société prête à se faire dépouiller. Ou ce qu'elle préférait, c'est-à-dire le hashtag pigeon. Rien de tel pour apprécier une belle journée ensoleillée, quoique qu'il devrait peut-être pleuvoir aujourd'hui.

Il est quatorze heures, et le rendez-vous était fixé à quinze heures trente. Histoire de se donner un peu de marge et de pouvoir faire la route tranquillement, Skylar enfila sa veste en cuir noire et ses lunettes de soleil avant de partir, puisque la pluie avait décidé de passer son chemin cette après-midi. Elle devait se rendre dans le dix-septième arrondissement, ce qui n'était pas pour lui déplaire vu qu'il n'était pas à l'autre bout de Paris. Elle se serait mal vue se taper tout le trajet pour un vulgaire hashtag pigeon qui pour elle n'était plus qu'une banalité sans intérêt. Comment dire... cela n'était plus assez pimenté pour son bon plaisir ; probablement ça oui. Elle monta dans sa voiture, et grilla une cigarette durant le trajet. Les embouteillages, jouasses. Mais bon, l'habitude des grosses villes fait prendre son mal en patience. Peut-être qu'un jour elle déménagera en province, là où les voitures n'existent plus. Elle arriva rapidement à bon port, et profita de son avance pour refaire une pause tabac. Elle ne savait pas trop quoi penser de son avenir et si elle allait continuer tout ça. Elle se demandait toujours pourquoi elle était revenue à Paris, ce qu'elle y cherchait et ce qu'elle espérait trouver. Seattle, Moscou, Paris... peu importe la ville et le pays, elle n'y trouve pas sa place, tout cela n'est pas à son goût. Il y a trop d'amertume dans son regard pour qu'elle y voit une maison, un chez-soi.

Elle tapote, prend une dernière bouffée, écrase avec son pied, puis sonne. La porte s'ouvrit avec un son électronique puis elle entra dans la hall avant de prendre l'ascenseur. L'entrée de l'appartement était ouverte elle aussi, à croire que c'est un vrai moulin ici. Enfin, elle ne divague pas là-dessus et finit par pousser l'accès. Elle débouche sur le salon, où règne une odeur de café et d'alcool, un environnement qu'elle connaît, côtoie et aime. Skylar avait entendu un je suis dans la cuisine, j'arrive et se retourna lorsqu'elle entendit son hôte arriver. Si l'on pouvait décerner des médailles, on les donnerait à monsieur hasard et madame coïncidence. Elle ôta ses lunettes et eut à peine le temps de rester bouche-bée. « Que... Que... Qu'est-ce que tu fiches là ? » Je m'ennuie. Eodiaz. C'est impossible. Comment... je... non. C'est impossible. Eodiaz rit. Il y a comme un moment de flottement, comme si ce qui était en train de se passer était irréel. « Ne me dis pas que t'étais censée m'arnaquer quand même ? Je rêve ! ». Le destin est capable de beaucoup de choses il faut le dire. Si, Skylar devait se faire du pognon aujourd'hui, mais il semblerait que la vie ait choisi de la faire souffrir. Elle n'arrive pas à la regarder, à la suivre alors qu'elle s'installe sur le canapé. Elle veut partir. En courant. Elle ne veut pas rester et affronter ses démons. Elle ne veut pas blesser, ni être blessée ; pas encore. Parce qu'elle est coupable. Coupable d'être partie pour son propre bien, et non pour une cause noble.  Rien à foutre, c'est justement pour ça qu'il faut arrêter d'être lâche et de partir la queue entre les jambes dès que la situation se corse. Sky vient se poser en face d'Eodiaz, lentement, mal-assurément. «  J'hésite entre crier, tomber, pisser, manger, fumer, boire et pleurer. Mais je pense qu'il vaudrait mieux que je parte. » Elle dit cette dernière phrase avec une voix tremblante, et hésite à bouger, elle ne sait plus quoi faire. Elle qui d'habitude est si sûre d'elle-même ; elle se retrouve dans la pire des situations possibles. Six ans changent une personne, elle voit Eodiaz plus fine, plus élancée et plus sexy que dans ses souvenirs, mais tout ça ne rend les choses que plus difficiles. Elle prend son visage dans ses mains pour cacher une larme qui commençait à couler. Ce n'était pas prévu. Pas maintenant. « Eodiaz je... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Catch me if you can (Skylar & Eodiaz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Topic Catch
» Catch WWE
» Extreme Catch
» Topic Catch
» Paris en ligne sur le catch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE TERRIBLE PEOPLE  :: paris ville des anges :: nord de paris :: 17ème arrondissement :: Avenue des Ternes-