AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

× pseudo : TheBlackWook
× messages : 72
x points : 17
× date d'inscription : 08/10/2016
→ âge : 24 ans

MessageSujet: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Sam 8 Oct - 23:32
Cirò De Beyrac

« C'est Cyrano qui se fait Christian et Roxanne  »
Ω Prénom : Cirò, indéniablement italien pour chaque oreille. Un cadeau maternel qui voulait une trace de ses racines dans sa progéniture. Un présent dont le jeune homme sait faire bon sage partout où il passe. Ω Nom  : De Beyrac, l’irrésistible nom pompeux hérité du paternel. Un nom qui sonne riche, établi, bien éduqué. Un nom qui laisse Cirò de marbre, sans que cela gêne ses parents qui semblent bien trop occupés pour porter un tant soit peu d'attention à leur fils. Ω Âge : vingt-quatre ans, la jeunesse encore, le printemps, l'aube, des possibilités multiples et infinies devant lui. Ω Profession / Occupation : Etudiant en Master 2 de Traduction Audiovisuelle, réceptacle de sa passion pour les langues et les arts. Ω Quartier de résidence : Le 6e arrondissement, dans un petit appartement payé par papa, maman, seulement bons à user de leur porte monnaie plutôt que de mots ou de gestes pour lui montrer leur "affection" envers lui. Ω Statut civil : Célibataire, il est telle une abeille, butinant de fleur en fleur sans moindre soucis des conséquences. Ω Orientation sexuelle : Bisexuel, il aime avoir toutes les cartes en mains pour étendre ses possibilités. Ω une passion : la photographie, une activité calme, un jardin secret pour ce trublion qui n'a de cesse de vivre. Ω un vice : Les fêtes; elles réunissent tout ce que le jeune homme aime : la musique, la danse, l'alcool et le sexe.

On dit de moi que je suis excessif
Rien n'est de trop pour Cirò, il lui en faut toujours plus. Il n'est jamais rassasié et écoute toujours son esprit gourmand. Un chocolat ? Et pourquoi pas deux d'abord ? Une fête entre amis ? Avec une centaine d'amis tu veux dire ? Une relation sérieuse ? Et pourquoi ne pas découvrir toutes les fleurs de ce monde ? Vous l'aurez compris, Cirò ne se lasse jamais de vivre dans l'excès. Tel un Cyrano qui ne peut s'empêcher d'user de rimes et de vers, Cirò ne peut tout simplement pas s'empêcher d'augmenter les quantités pour tout et n'importe quoi. C'est peut-être aussi pour combler le manque d'attention de ses parents. Cirò a grandi dans une famille issue de l'ancienne aristocratie, riche, irréprochable, bien éduqué et dont le nom vous offre les plus belles tables dans n'importe quel restaurant de Paris. Pourtant, à l'inverse de certaines familles qui étouffent leur progéniture en les assénant de règles, de carcans et de structures, les parents de Cirò n'ont jamais vraiment eu la fibre parentale. S'il voulait, et veut, quelque chose, il l'avait dans l'instant, jouets, vêtements, faire l'école du cirque, avoir de l'argent de poche : tout était bon pour que ses parents n'aient pas trop à s'en occuper. On laissait cette affaire aux nounous que le jeune homme a côtoyées pendant toute son enfance. C'est d'ailleurs à leur contact que l'enfant s'intéresse puis se passionne pour les langues étrangères. Avec des nounous tantôt britanniques, tantôt espagnoles, sans compter les diverses cuisinières venues de différents pays, Cirò a baigné dans l'interculturalité constante, préférant les coulisses de la grande maison familiale, bien plus intéressants, plutôt que sa scène où personne ne le remarquait. A l'école il n'est ni bon, ni mauvais. Les langues restent les exceptions, matières où il excelle et où il n'hésite pas à prendre des options, avant de retomber dans l'anonymat le plus total pour le reste, se maintenant au niveau. Il faut dire qu'avec les innombrables fêtes qu'il organise ou auxquelles il se rend, il n'a que peu de temps à consacrer à ses études. Les fêtes, où alcool et sexe vont de pair et où Cirò se découvre une attraction aussi bien pour les femmes, douces, sensuelles, véritables nymphes, que pour les hommes, puissants, symbole guerrier mais tout autant capable de sensibilité. Cirò avait à peine goûté au fruit défendu qu'il rêvait déjà d'y goûter à nouveau, et ce, en se faisant l'explorateur des corps de ce monde. Explorateur, il l'est aussi pour d'autres domaines. C'est avec cet esprit qu'il est parti, appareil photo en main, découvrir le monde et user des langues étrangères, les étudier de très très près également. La photographie est l'une des seules activités calmes du trublion qu'est Cirò, le seul moment où l'excès et l'impatience font place à la précision et la concentration. Rentré de ses voyages, il s'inscrit à la fac, étudie l'anglais, sa meilleure langue étrangère après l'italien, et étudie tout juste assez pour arriver où il en est aujourd'hui : en dernière année universitaire, étudiant la traduction audiovisuelle qui le relie au domaine artistique, un champ qu'il a toujours aimé faire pousser tout au long de sa jeunesse. Si Cirò est excessif pour les vices, il l'est aussi en terme d'amitié. La loyauté est poussé à l'extrême pour ses amis, et notamment Solas, son meilleur ami, son frère. Il est toujours prêt à défendre ses amis, quitte à récupérer quelques bleus et hématomes au passage.
c'est une question de principes
Ω Qu'est-ce qui fait de vous quelqu'un d'horrible ? Mon manque d'engagement ? Des histoires sans lendemain j'en ai à la pelle, presque plus que le nombre total d'élèves dans mon ancien lycée, et je ne me soucie jamais des conséquences. Mes partenaires sont consentant, qu'ils le regrettent ou non au petit matin m'est bien égal. Moi, je retiens que j'ai pris du plaisir, ou pas ça dépend, et je suis souvent déjà bien loin quand mes aventures d'un soir se réveillent.

Ω Quel est le défaut qui vous agace le plus chez les autres ? Il y en a quelques-uns qui me dérangent mais je dirais que la lâcheté m'insupporte le plus. Ce que je fais, je le fais en sachant ce que ça implique, en toute connaissance de cause. Et je suis quelqu'un d'extrêmement loyal par dessus le marché, alors je ne supporte pas quand les gens fuient leur responsabilités, fuient leurs amis sans une once de remord, trop trouillard pour faire quoi que ce soit.

Ω Que vous inspirent les parisiens  ? Je suis parisien en théorie, je n'ai pas grand chose à dire sur eux. Mais avec mes nombreuses visites en Italie pour voir ma famille et l'ouverture d'esprit que j'ai eu grâce au personnel cosmopolite de ma famille, je trouve que les parisiens se prennent un peu trop la tête parfois. Je préfère vivre plus simplement, parfois insouciant même.

Ω Quelle est la pire chose que vous ayez faite ? Sûrement de briser quelques cœurs de partenaires innocents qui se sont peut-être emballés après une nuit folle et passionnée. Mais peut-être la pire chose qu'on pourrait me reprocher mais pour laquelle je n'ai aucun remords, c'est d'avoir aimé mes nounous et les cuisinières de la maison plus que mes propres parents.

Ω Quelle est votre meilleure qualité ? Je suis loyal, s'en est presque maladif. Dès que je forme une amitié que je pense solide, je serais une ombre fidèle pour mes amis, je serais à leur côté, je me battrais pour eux, sans avoir peur de prendre des coups pour eux. On peut me targuer d'être trop partial dès que l'on parle de mes amis mais c'est la personne que je suis, point final.

Ω Qu'appréciez-vous le plus chez les autres ? L'ouverture d'esprit. J'ai grandi en m'ouvrant à différentes langues et différentes cultures, j'ai baigné dans un bouillon cosmopolite dès mon plus jeune âge.  J'ai également eu des goûts marginaux de mes camarades, puis une vie sexuelle très libérée. Accepter l'autre, quel qu'il soit, avec ses différences et ses similitudes, c'est une idée qui est très importante pour moi et surtout dans mon cercle d'amis.
Ω Pseudo : TheBlackWook Ω Prénom : Cécile Ω Âge : 20 ans Ω Présence sur le forum : Majoritairement le week-end car pas d'internet dans ma chambre étudiante Ω Crédits : BlueOrchid et ghostavatares pour les avatars, moi pour le gif Ω Code du règlement : eiffel tower Ω Commentaires / remarques : Vous êtes des amours Ω autres précisions : *cris de wookie excité*  


Dernière édition par Cirò De Beyrac le Sam 15 Oct - 22:22, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : TheBlackWook
× messages : 72
x points : 17
× date d'inscription : 08/10/2016
→ âge : 24 ans

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Sam 8 Oct - 23:33
Dear Mom, dear Dad, you weren’t warm, you weren’t here

« Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille »

I. It's atrocious, it's obscene !

« Comment te sens-tu ? »
« Stanca, ce bébé m'épuise. Jean, je te le dis, il sera le premier et le dernier. Tes parents sont contents, la famille continue. » « Bien sûr Angela chérie. »

Jean et Angela De Beyrac ont accueillis un petit garçon dans leur famille il y a de ça deux semaines. Cirò. Le couple s'était mis d'accord pour un prénom italien puisqu'Angela, qui n'avait jamais vraiment voulu d'enfant avait accepté pour son mari, Jean, et sa famille, toujours pleine de traditions aristocrates archaïques qui souhaitait voir le nom de famille poursuivre sa route dans le monde. Ce n'est que deux jours après cette conversation que les nouveaux parents décidèrent d'embaucher un nourrice à plein temps pour leur garçon. Ils pensaient qu'un enfant ne serait pas bien compliqué, pas plus en tout cas que leurs affaires, à la tête de l'empire immobilier de la famille. Ils étaient loin de s'imaginer que petit Cirò deviendrait grand et ne les considérerait jamais comme ses parents.

II. Esquína ? Corner. Tienda ? Store. Azul ? Blue

« Sole ! Sole ! Apprends-moi s'il te plait ! » « Tu ne préfèrerais pas jouer ou lire ? » « Non ! J'aimerais que tu m'apprennes pareil que quand tu parles quand tu fais pas attention. » « Tu m'as l'air bien décidé jeune homme. Très bien. »

Cirò a quatre ans et c'est une véritable pile électrique. Il ne tient pas en place, sauf pour un sujet. L'espagnol. Depuis qu'il a entendu Soledad, sa nounou depuis qu'il a 1 an, jurer en espagnol, il ne rêve que de pouvoir apprendre une nouvelle langue, en plus de l'italien, ses seuls contacts avec sa mère. Le petit garçon ne voit que très peu ses parents et passe le plus clair de son temps avec la jeune Soledad, en France depuis cinq ans seulement. Son accent certain quand elle parle français fait rire Cirò et la petite brune ne peut s'empêcher de sourire au petit diablotin qu'elle aime de tout son cœur.

Dès lors, nounou et enfant se retrouve une fois par jour, assis autour d'une table ou par terre dans la chambre du petit, pour qu'une langue étrangère soit transmise de l'un à l'autre. Cirò est un élève vif qui comprend rapidement ce que lui explique Soledad. Très vite, il connait de nombreux mots en espagnols, même si ces phrases ne sont que très peu construites. Il n'y avait cependant aucun doute qu'elles viendraient vite. Petit à petit, à force de rester avec les employés de maison de ses parents, Cirò côtoie également un cuisinier anglais et une femme de ménage russe. A eux aussi, il leur demande de lui dire comment son jouet préféré ou un meuble de la maison se disent dans leurs langues maternelles. Et c'est ainsi que la passion pour les langues étrangères de Cirò nait. Un nouveau monde, d'innombrables possibilités s'ouvre désormais à lui, et il mettra un point d'honneur à s'acharner pour maîtriser toutes ces langues qu'il souhaite parler.


III. What the hell is wrong with expressing yourself ?

« Maman ! Je veux faire du kung fu ! » « Très bien, je t'inscrirais dans un club. Va jouer maintenant. » « Papa ! Je veux faire comme les gens du cirque qu'on a vu l'autre fois ! » « Oui, oui, tu iras à l'école du cirque. J'ai du travail. » « Maman ! Je veux apprendre à danser ! » « Si ça peut te faire plaisir. Et maintenant va retrouver Soledad. »

Voilà le refrain quasi-quotidien qu'entend Cirò. Curieux, il a des nombreuses envies à adresser à ses parents. Chaque fois, ils répondent positivement, sans même se détourner de ce qu'ils sont en train de faire et renvoie le petit garçon dans les bras de sa nounou. Parfois, ses demandes se font plus par envie de voir ses parents, par envie de les voir enfin réagir, mais il repart toujours bredouille, tout penaud, avant que Soledad ne lui prépare un bon chocolat chaud pour lui remonter le moral. Au final, Cirò est un petit garçon très occupé avec des passe-temps très différents de ceux de la plupart de ses camarades ou de tous les enfants des amis de ses parents. Mais il est très heureux comme ça et le sourire de Soledad quand elle vient le chercher et les encouragements de Joseph, le cuisinier anglais, sont assez pour satisfaire ce petit homme de huit ans. Très versatile, Cirò multiplie les activités extra-scolaires, sans forcément se fixer. Il abandonne le kung-fu après un an, adore jongler et faire du trapèze à l'école du cirque mais décide d'arrêter après deux ans quand la danse prend plus d'importance. Il s'essaiera au tennis, à l'athlétisme, au handball, à la guitare et ne saura gratter que deux morceaux pour le reste de sa vie. Seule la danse reste une constante pendant un moment.

La danse, classique plus particulièrement, voilà une passion qui animera Cirò pour plusieurs années. Ils ne sont que deux garçons dans son groupe mais il s'en fiche. Dès qu'il danse, s'abandonnant aux mouvements légers et aériens des chorégraphies, il se sent autre, en harmonie. Aux récitals auxquels il participe, ce ne sont pas ses parents qui se déplacent, mais Soledad et Joseph. Mais ce n'est pas ce fait qui arrête le jeune garçon dans son élan. Cirò semble avoir trouvé sa place et s'en contente parfaitement. Mais les choses finiront toujours par changer.


IV. But please, Cirò know that I will always be proud to have known you, proud that you were mine, proud in everything

Cirò a 13 ans et souhaite se présenter aux auditions de l'Opéra Garnier pour devenir danseur professionnel. Jean et Angela ont mollement accepté, sans vraiment s'intéresser à ce que toute l'opération pouvait impliquer. Comme d'habitude, c'est Soledad et Joe qui encouragent le jeune adolescent, qui le voient répéter sans relâche pour son audition. Avec le temps, Cirò s'est endurci envers ses parents et s'est fait une raison quant à leur absence. Il a compris qu'il n'était qu'un simple pion dans l'échiquier que représentaient sa famille et l'empire qui allait avec. Il a compris que ses parents lui préféraient les soirées mondaines et les deals financiers juteux. S'il ne ressent de plus en plus que du dédain et du sarcasme envers ses parents, il n'en reste pas moins sensible à l'amour que lui portent sa nounou et le cuisinier de la famille, ses parents de choix, ceux qu'il aurait préféré avoir.

Le jour fatidique approche et Cirò est une petite boule de nerfs qui ne tient pas en place. Alors qu'il va une fois de plus traîner vers la cuisine et la chambre de Soledad, il l'a surprend, mains sur les yeux pour cacher les larmes qui coulent de ses yeux.

« Sole qué pasa ? Porqué estas llorando ? »

Depuis que la petite brune a appris l'espagnol à Cirò et que ce dernier est capable de tenir une conversation, ils ne parlent plus qu'en espagnol tous les deux. Il n'y a qu'entre eux que c'est comme ça, qu'avec lui qu'elle converse encore dans sa langue maternelle, comme si tous deux partageaient un lien plus fort que celui entre une gouvernante et un enfant sous sa charge.

« No te preocupes mi cariño. Solo estoy cansada. »

Elle lui offre un sourire et Cirò ne dit plus rien, enlace simplement Soledad qui le serre fort contre elle. Plus tard, l'adolescent regarderait ce moment avec plus de compréhension, emplie de nostalgie mélancolique.


C'est Soledad et Joseph qui emmènent Cirò à son audition, et tout le monde les méprend pour ses parents. Le jeune franco-italien ne sera pas celui à les contredire, ne serait-ce pour n'avoir qu'un instant, l'illusion qu'il a des parents comme les autres, aimants, présents et toujours là pour lui. La petite espagnole ne lâche la main de Cirò que lorsqu'il doit aller monter sur scène. Et même avant qu'il ne parte, elle l'attrape pour le prendre dans ses bras, dans une étreinte plus forte que jamais qui coupe le souffle de l'adolescent, tout en lui répétant à quel point elle l'aime et à quel point elle est fière de lui. Joe serre son épaule sobrement mais plein d'encouragement. Il a un trac monstrueux qui le dévore malgré tout, il a l'étrange intuition que quelque chose ne va pas aller. Et peut-être pas seulement pour son audition.


Un manque de concentration, un mauvais appui et une chute. Voilà comment rater en beauté l'audition qui aurait pu changer sa vie. Physiquement la chute ne l'a pas blessé, il n'en gardera que quelques bleus, mais mentalement, le moral n'est pas au beau fixe. Fier, il ravale ses larmes quand il retrouve Soledad et Joe. Tous deux ont les yeux rouges mais Cirò suspecte que ces marques d'émotions datent d'avant la fin de son audition. Il essaye de ne pas y prêter attention et tente de sourire aux deux figures parentales qu'il s'est trouvé et qui essayent de lui remonter le moral comme ils le peuvent. La tension était palpable et volerait en éclat le lendemain matin.


Renvoyée. C'était ce que ses parents venaient d'annoncer à Cirò. Soledad avait été renvoyée. L'adolescent n'ayant plus besoin d'une gouvernante à son âge, Jean et Angela De Beyrac avaient décidés de se passer des services de la petite espagnole. Son renvoi était immédiat et la jeune femme avait décidée de rentrer en Espagne où sa mère, dont la santé déclinait rapidement, avait besoin d'aide pour le restaurant familial. L'annonce eut l'effet d'une gifle violente pour Cirò. D'un coup, les récents évènements apparaissaient plus clairs que jamais dans l'esprit de Cirò : les pleurs de Soledad quand il l'avait trouvé dans sa chambre, ses étreintes serrées, ses mots d'amour et de fierté envers lui. Tout lui revenait en pleine figure comme pour le narguer. Il n'avait même pas pu lui dire au revoir. Il reçut simplement une lettre. Il alla dans sa chambre et y rester toute la journée, lisant et relisant la lettre de Soledad. Elle lui expliquait à quel point il lui était difficile de partir et de le laisser, à quel point lui dire au revoir lui aurait été trop douloureux et l'aurait empêché de partir. Cirò aurait peut-être préféré. Elle poursuivait en lui disant combien elle était fière de l'avoir connu, combien elle était fière du petit homme qu'il était devenu, et qu'une partie de ce petit homme venait d'elle. Elle lui demanda de rester celui qu'elle connaissait et de veiller sur Joe également. Cirò n'arrivait pas à pleurer. Il était comme en état de choc, trop sonné pour véritablement réaliser. Cette nuit-là il ne pu dormir et décida d'aller aux cuisines se préparait un chocolat chaud, comme pour poursuivre encore un peu l'illusion que Sole était avec lui. Il trouva la pièce allumée, Joseph assis à table, le visage triste.

« Couldn't sleep either lil' man ? »

Cirò hocha la tête doucement et se prépara son chocolat avec l'aide de Joe. Ils restèrent tout deux silencieux, ne sachant pas quoi dire à l'autre. Une fois le chocolat prêt, et un thé pour l'anglais, ils prirent place à table, côte à côte. L'adolescent regarda le cuisinier, le regard quelque peu brillant et une feuille devant lui. Une lettre.

« You got a letter too ? »

Joe imita Cirò et hocha simplement la tête, reniflant un coup. Le garçon observa l'homme assis à ses côtés avec curiosité. Il est vrai que dans son esprit, il faisait figure d'image paternelle, au même titre que Soledad représentait l'image maternelle. Mais il n'arrivait pas à tout à fait comprendre l'état dans lequel Joseph se trouvait suite au départ de l'espagnole. Et puis, il repensa à leurs yeux rougis lors de son audition, de leurs sourires, leurs regards.

« Joe, you loved her ? » « We loved her all dearly. We'll miss her. » « No. Not like that. I mean... You. You loved her like like two people can love together. Yes ? » « .... Yes. »

La réponse avait été à peine soufflée, à peine admise. Cirò sortit sa lettre de la poche de son pyjama avec un sourire triste et la montra à Joe.

« She says I must care for you. » « She says I must do the same for you. Guess we're on the same boat lil' man. »

Adolescent et cuisinier, ayant tous deux contenu leur émotion jusqu'à maintenant, se laissèrent enfin aller à pleurer, Cirò s'accrochant à Joe comme s'il s'agissait de sa bouée de sauvetage. Soledad leur manquerait terriblement. Le jeune danseur se promit de la retrouver un jour, d'aller la retrouver.



V. It's my world and it's not a place I have to hide in

Cirò avait bien grandi. Après ses 13 ans qu’il considérait comme l’année de ses plus grandes déceptions, il avait décidé de lâcher la bride, de se désinhiber totalement. Il n’était plus ce petit garçon fier et tout en retenue. Désormais, il était un jeune homme souriant, insouciant, plein de vie et d’énergie, qui ne se souciait plus des lendemains. Son grand changement s’était surtout opéré au lycée, où il avait découvert qu’il était tout aussi bien attiré par les femmes que par les hommes. Il l’avait compris quand il s’était laissé aller à des pulsions avec un garçon qu’il avait rencontré en soirée. Il n’avait pas été assez saoul pour mettre cette expérience sur le compte de l’alcool, non. Il l’avait voulu, toujours son côté curieux, sa gourmandise, et il avait aimé ce qu’il avait fait. Dès lors, il n’avait plus su faire sans aller de l’un à l’autre des sexes sans aucune contraintes que sa seule envie et son seul plaisir.
D’un point de vue plus personnel, Cirò vivait toujours avec l’absence de ses parents, une absence presque cruelle s’il ne s’était pas fait une raison. Il lui restait Joe, avec qui il était toujours proche. Le cuisinier l’avait grandir et devenir ce jeune homme extraverti, excessif, et même s’il aimait le charrier sur cet aspect, il savait qu’au fond, Cirò était toujours ce petit garçon souriant qui aimait parler dans différentes langues. Un petit garçon devenu grand qui, même s’il avait arrêté tout entraînement intensif, continuait de danser une fois par semaine, seul, comme pour se rappeler un souvenir, une époque, un état de paix et de contentement. Joseph l’avait surpris une fois, et il n’avait pas pu s’empêcher de sourire avec nostalgie, repensant à Soledad.
Ce qui avait fait plaisir à l’anglais, c’est aussi l’ami que s’était trouvé son protégé : Solas. Les deux garçons s’étaient trouvés au lycée pour ne plus jamais se quitter. Si le franco-italien avait toute la verve et l’énergie de ses origines méditerranéennes, son comparse franco-allemand avait toute la rigueur et la retenue propre aux germaniques. Mais aussi différent pouvaient-ils être, ils étaient inséparables, unis presque comme des frères face à toutes les situations.
Au lycée, Cirò s’était également ouverts aux arts, le théâtre et la photographie notamment. Si le théâtre avait contribué à accélérer son changement vers un comportement excessif, et presque dramatique par moment, la photographie était une activité qui l’incitait à se concentrer, à canaliser son énergie. C’était une activité calme bienvenue pour ce trublion qui l’incitait encore plus à voyager et découvrir de nouvelles langues, de nouveaux pays. C’est ce qu’il avait fait pendant deux ans, après son BAC. Il avait parcouru différents pays pour en immortaliser les plus beaux paysages, les plus belles situations. Il en avait au passage profité pour découvrir plus intimement de nombreux locaux. Il avait voulu retrouver Soledad en Espagne mais au dernier moment, il s’était ravisé, peu sûr de lui. C’était quelque chose qu’il voulait faire avec Joe, ou Solas, ou bien les deux. Mais il ne pouvait pas le faire seul.
En attendant de pouvoir surmonter ce doute, Cirò poursuit ses études de traducteur audiovisuel, vivant dans un petit appartement du 6ème arrondissement et rendant souvent visite à Solas et ses amis de cette colocation immense. Et au passage, il ne se prive jamais pour butiner une fleur ou deux, il n’y en a jamais de trop.



Dernière édition par Cirò De Beyrac le Mer 19 Oct - 21:30, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 164
x points : 131
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : twenty one, barely.

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Sam 8 Oct - 23:36
mon cyrano du ghetto. très très officiellement la bienvenoeud ici. on t'aime déjà tous d'amour, voilà, c di tavu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : TheBlackWook
× messages : 72
x points : 17
× date d'inscription : 08/10/2016
→ âge : 24 ans

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Sam 8 Oct - 23:42
Pour vous servir messire !

Merci pour ton message ! Il va falloir qu'on papote lien toit et moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : BOHEMIAN RHAPOSDY
× messages : 138
x points : 121
× date d'inscription : 01/10/2016
→ âge : 20 ans

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Sam 8 Oct - 23:47
Le titre
Bienvenue, officiellement, sur le fo
N'hésite pas si tu as la moindre question

_________________
another one bites the dust
Are you happy, are you satisfied, How long can you stand the heat ? Out of the doorway the bullets rip... to the sound of the beat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : TheBlackWook
× messages : 72
x points : 17
× date d'inscription : 08/10/2016
→ âge : 24 ans

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Sam 8 Oct - 23:49
Je ne pouvais pas ne pas utiliser ce titre si gentiment donné sur la CB ^^ ! Merci :D !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 164
x points : 131
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : twenty one, barely.

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Sam 8 Oct - 23:51
exactement. d'ailleurs je te mpotte à l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : megalovania.
× messages : 66
x points : 26
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : Vingt-quatre ans.

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Dim 9 Oct - 3:19
Welcome sur le forum bro ! Bonne inspi pour ta fiche. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : scarlett glasses (Julia)
× messages : 128
x points : 114
× date d'inscription : 01/10/2016
→ âge : vingt-quatre ans

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Dim 9 Oct - 20:33
Bienvenuuuuue ça fait plaisir de voir Ezra Miller, il est si rare sur les forums. Bon courage pour ta fiche !

_________________
Broken skies, heartaches that flowers won't mend. Say goodbye, knowing that this is the end. Tender dreams, shadows fall, love too sweet, to recall. Dry your eyes, face the dawn, life will go on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : TheBlackWook
× messages : 72
x points : 17
× date d'inscription : 08/10/2016
→ âge : 24 ans

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Jeu 13 Oct - 22:12
Simplement pour vous demander si je pouvais vous demander un délai de quelques jours, jusqu'à lundi pour finir ma fiche s'il vous plait :) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : burnt
× messages : 35
x points : 1
× date d'inscription : 07/10/2016
→ âge : 29 ans

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Ven 14 Oct - 1:25
HAHAAH ton titre
Bienvenue par ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : SPLEEN
× messages : 120
x points : 61
× date d'inscription : 10/10/2016
→ âge : vingt-et-un ans.

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Sam 15 Oct - 23:42
J'ai dévoré le début de ta fiche et j'ai vraiment vraiment hâte d'en lire plus ! Ciro a l'air d'être un personnage pas mal intéressant I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : Bohemian Rhapsody
× messages : 190
x points : 127
× date d'inscription : 13/10/2016
→ âge : 31 ans

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Dim 16 Oct - 19:15
Cirò De Beyrac a écrit:
Simplement pour vous demander si je pouvais vous demander un délai de quelques jours, jusqu'à lundi pour finir ma fiche s'il vous plait :) ?

Excuse moi je viens seulement de voir ton message Aucun problème pour le délai évidemment

_________________
sorry that I couldn't get to you
c'est ma peine ma peine plus que la haine... oh ma route, oh ma plaine... dieu que j'ai mal. au diable toi et tes apôtres, je m'en vais. › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : scarlett glasses (Julia)
× messages : 128
x points : 114
× date d'inscription : 01/10/2016
→ âge : vingt-quatre ans

MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   Mer 19 Oct - 22:14
BRAVO, TU ES OFFICIELLEMENT VALIDÉ(E)


Voilà maintenant j'ai envie de câliner Cirò j'ai dévoré ta fiche, j'aurais presque aimé qu'elle soit plus longue haha, bref c'était très agréable à lire

Si ça te va, je te propose de te rejoindre le groupe Gourmandise.

Je t'invite d'ores et déjà à aller créer ta fiche de liens en n'oubliant pas de la compléter un minimum pour que les membres puissent avoir une idée de ton personnage ce qui leur permettra de trouver plus facilement des liens Toute la gestion courante et les demandes afférentes à ton personnage se trouvent par ici.

Tu trouveras également ici même un petit registre des lieux disponibles pour rp sur le forum.

Enfin, n'hésite pas à contacter le staff si tu as la moindre difficulté sur le forum, pour trouver des liens, rp, ou pour toute autre raison

Have fun

_________________
Broken skies, heartaches that flowers won't mend. Say goodbye, knowing that this is the end. Tender dreams, shadows fall, love too sweet, to recall. Dry your eyes, face the dawn, life will go on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme   
Revenir en haut Aller en bas
 

Cirò ~ Cyrano de Bergerac en mode flemme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gabriel Savinien Esplandian Cyrano de Mauvières dit de Bergerac
» Cyrano de Bergerac
» Nous sommes bavards
» Voyage de Bougainville
» Nouvel emploi, nouveau mode de vie (TERMINÉ)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE TERRIBLE PEOPLE  :: I LOVE RIEN, I'M A PARISIEN :: j'aime plus Paris :: Fiches validées-