AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ( the broken wishes washing with them to shore )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 164
x points : 131
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : twenty one, barely.

MessageSujet: ( the broken wishes washing with them to shore )   Mar 4 Oct - 22:45
gabriel friedrich bergmann

« oh, i'm gonna be your bruise  »
Ω Prénom : gabriel, un archange, un sourire, un rayon de soleil. et puis il y a la famille, et les racines, qui le tiennent bien accroché au sol. quoi qu'il ne montrera pas souvent sa carte d'identité, il le trouve pas si beau ce nom-là. mais c'est celui du père, et du grand père. quelque chose qui reste, aussi, bêtement, même quand on migre un peu loin de son pays d'origine.Ω Nom  : bergmann. aussi allemand que son père, mais plus chantant peut-être, plus poétique. presque léger, et il semble que c'en est rare. ce n'est pas non plus comme s'il pouvait vraiment l'entendre, vraiment en distinguer la façon dont chaque son coule. mais c'est moins rude déjà que d'autres. Ω Âge : vingt et un ans, tout juste l'âge de boire aux états-unis, si jamais il venait à y partir en vacances, ce qui ne semble pas vraiment rendu. Ω Profession / Occupation : peintre, sans qualifications, à temps perdu, à temps qui s'envole. c'est qu'on a pas voulu de lui aux beaux-arts, pourtant, il monte, de lui-même, et il brille, toujours.Ω Quartier de résidence : 5ème, sans vraiment avoir à payer le loyer, sans vraiment avoir choisi. mais il s'y sent bien là-bas, dans cet appart un peu trop rempli. entouré. Ω Statut civil : célibataire, pour son plus grand malheur. Ω Orientation sexuelle : homosexuel homoromantique, et il semble que rien n'y changera quoi que ce soit, pas même son amour pour certaines filles, ses filles, rien ne semble prêt à le faire basculer vers un autre bord. Ω une passion : ses pinceaux. les couleurs séchées sous ses ongles, sur ses jeans. et l'odeur de l'huile, de la gouache. des sensations, des sentiments, des moments, la lumière. son métier, un peu son rêve aussi. Ω un vice : la gourmandise, probablement.

On dit de moi que je suisnaïf
les yeux vacillent, les yeux valdinguent et il n'y a plus que regards et corps. des doigts qui courent sur le papier, et la lumière qui l'empêche de vraiment tout voir. de la musique il n'entend rien. il n'entend jamais vraiment rien, même quand ses aides auditives sont allumées. mais jamais quand il dessine, jamais quand il peint. il n'y a là que ce qui est naturellement en lui, ce qu'il agrippe et sort de sa réalité pour le coucher sur le papier. fusain, flou, sur le grain, sur ses joues. et il s'y perds parfois dans ses dessins. il aime regarder les gens danser gabriel. il aime danser, aussi. même sans musique. rien ne peut l'en empêcher. il a un rire de ceux qui s'envolent, quand sa voix reste coincée, quelque chose d'étrange, un aigu qui ne monte pas vraiment, un peu étranglé. il parle. il lit sur les lèvres ( non, même à vingt et un an, même que ce soit devenu habituel ne l'a pas rendu plus simple ). il signe, plus qu'autre chose. c'est plus simple, c'est plus lui, et comme quand il dessine, ses mains volent. et son âme un peu aussi. dans son monde, il se perd, et c'est ce qu'il aime, vraiment. les silhouettes prennent possession de lui, et il n'y a plus de normalité, plus de son que seuls d'autres peuvent entendre, plus d'effort pour suivre, plus rien d'autre que ce qui le rend heureux. et des mots, bons, bienveillants, dans une galerie, dans un journal trop spécialisé. pas de ses parents, pas de son cœur brisé. mais c'est toujours ça de pris. pas un voyage au bout du monde, pas quelque chose d'exceptionnel, pas un retour, pas de colle pour rendre à son cœur des battements avec un rythme normal. les battements qu'il aurait du avoir si on avait pas marché dessus, si on ne l'avait pas ignoré là. s'il ne souriait pas plus pour d'autres, pour ceux qui sont encore là, que pour lui. au moins, il peut se dire qu'il a ça, ces quelques mots, ces quelques gens, et les silhouettes dans sa tête, toutes en couleurs, toutes en lumières, qui ne s'arrêtent jamais de tournoyer, même pas sur le papier. un monde à elles seules.
c'est une question de principes
Ω Qu'est-ce qui fait de vous quelqu'un d'horrible ? d'horrible ? j'essaie de ne pas l'être ? c'est une question étrange vous savez ? je crois que personne n'est vraiment horrible... Ou que personne ne veut l'être en tous les cas. Pourquoi, enfin - ou en serait l’intérêt ? je ne pourrais pas le dire vraiment, et je doute être le mieux placé pour ? il faudrait demander ça à quelqu'un qui me trouve horrible. et j'espère que vous aurez du mal à trouver ce quelqu'un ?

Ω Quel est le défaut qui vous agace le plus chez les autres ? la malhonnêteté. c'est probablement bateau comme réponse, mais je crois que c'est vrai. le mensonge. ou en tous les cas - à mauvais escient. non, même - je suis sûr qu'il y a des fois ou mentir est nécessaire. on essaie de ne pas le faire. vraiment. je pense, une majorité des gens sur cette planète. plutôt quelque chose comme la malveillance. tout aussi bête, peut-être. mais j'ai du mal à imaginer qui pourrait prendre du plaisir à faire du mal aux gens. à le comprendre. donc ça, probablement ? je ne sais pas. c'est stupide, en fait. personne n'est comme ça, à part dans les livres.

Ω Que vous inspirent les parisiens  ? parisien, je l'ai toujours été. et je crois que c'est un peu difficile de mettre tout le monde dans le même panier. on est beaucoup dans cette ville non ? beaucoup de cultures, de différences, de langues, de, je ne sais pas même - sexualités ? tellement de choses pour tellement de monde, donc dire ce qu'ils nous inspirent en général. c'est impossible. c'est trop. c'est certain il y a du cliché et des stéréotypes, mais je ne sais pas. 'parisien', ça ne m'inspire pas grand chose. ou plutôt non, c'est beaucoup de choses. autant de rencontres ?

Ω Quelle est la pire chose que vous ayez faite ? je me suis cassé le doigt une fois. exprès. c'était stupide, de toute façon. mais c'était il y a longtemps, j'étais petit aussi. peu importe, vraiment. et puis c'est moi qui n'ai pas pu signer pendant un moment après.

Ω Quelle est votre meilleure qualité ? je suis bon à ce que je fait ? le dessin je veux dire - la peinture ? je ne sais pas vraiment si c'est à considérer une qualité. je fais de mon mieux. ou je suis gentil ? enfin, j'essaie. je fais de mon mieux, avec les gens ? j'aime pas les voir tristes aussi. je sais même pas si c'est une qualité ou un défaut, au final, il parait que je suis trop sensible. trop bête.

Ω Qu'appréciez-vous le plus chez les autres ? la bienveillance. c'est l'exact inverse de ma première réponse, et c'est pas très original. la gentillesse. l'intelligence. quelqu'un qui partage sans ? pas sans rien demander en retour, mais juste - avec de bonnes intentions ? voilà. c'est important.
Ω Pseudo : delancey Ω Prénom : lottie Ω Âge : 20 tout rond, tout juste Ω Présence sur le forum : tous les jours, normalement Ω Crédits : myself Ω Code du règlement : eiffel tower Ω Commentaires / remarques : c'est normal les histoires de voleurs dans les textes par défaut de la fiche de présa ? Ω autres précisions : des coeurs sur vous


Dernière édition par Gabriel Bergmann le Jeu 6 Oct - 21:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 164
x points : 131
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : twenty one, barely.

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Mar 4 Oct - 22:46
if you only kissed me

« maybe then i could fly »


il ne sait pas vraiment pourquoi il est né à paris. peut-être qu'il ne faut pas se poser ces questions-là, peut-être que c'est juste comme ça. que tout est comme ça et qu'il ne faut pas se demander d'ou vient le destin. ses parents, ils n'ont jamais rien demandé d'autre qu'un gamin normal. c'est raté. il a un sourire comme le soleil, du genre qui ferait fondre n'importe quelle grille de prison, mais c'est manqué quand même. il n'entend pas son nom, pas grand chose, ne distinguera jamais vraiment de mot. et ce n'est pas vraiment ce qu'ils voulaient. oh, il font de leur mieux, vraiment. car que pourraient-ils faire d'autre ? admettre que ce n'est en rien ce qu'il avaient pu imaginer ne serait que trop facile. mais c'est du travail un gamin différent. du genre qu'ils ne sont pas vraiment prêts à assumer. même vingt ans après, les mouvements de leur mains sont approximatifs. ils ne sont pas vraiment riches. pas pauvres non plus. mais l'un comme l'autre des acharnés de travail. acharnés de la normalité, de façon générale. métro, boulot, dodo, mais qui lirait une histoire à un gosse qui ne sait pas l'entendre ?

il n'en rencontre pas d'autres 'comme lui', gabriel. parfois, gamin, plus d'une fois, il s'est demandé s'il allait pouvoir grandir. il n'y a pas d'adulte 'comme lui' après tout. même celle qui lui a appris le langage des signes, elle entendait. il n'en sait rien. et pourtant il grandit. et ils font aller, le font sembler aussi normal que possible. juste un gamin comme un autre, qu'il ne puisse pas entendre n'est qu'un détail, et on espère que ce sera mieux une fois appareillé. pas vraiment, en fait. ce n'est pas un miracle cette machine. un mieux, mais rien qui ne permette de distinguer ces sons. ils ne le comprennent pas, ceux qui pensaient que ce serait la solution de tout. et ils abandonnent. c'est plus simple de reprendre à zéro, d'en faire un autre. il n'est pas oublié, juste un peu ignoré. laissé de côté. et il fait de son mieux, quand même, pour être comme les autres.

pas d'école à part, pas d'amis comme lui, pas de références dans un monde pas vraiment adapté. qui aurait pu l'être, dans une meilleure communauté. et c'en est presque paradoxal, qu'on lui refuse des leçons de danse. quoi de plus normal, pour un gamin. c'est que les corps ont quelques choses de fascinant quand ils se meuvent. mais on aurait remarqué qu'il ne peut suivre un rythme, entendre une note. comme si on ne le remarquait pas déjà à sa voix, quelque chose d'étrange, d'étranglé. comme si on ne l'étouffait pas déjà. il ferme les yeux. respire. grandit. à sa plus grande surprise. et la vie continue. aussi normale que possible. la musique ne lui manque pas, comment est-ce que quelque chose qu'il n'a jamais connu pourrait lui manquer ? et on lui demande d'oraliser chaque chose. de sortir de lui quelque chose qu'il n'entend même pas. c'est comme s'il ne pouvait jamais profiter du résultat d'efforts presque surhumains. ou humains, pour n'importe qui d'autre. pas pour lui.

elsie, elle lui ressemble. le même sourire. huit ans de moins que lui. elsie, ils l'adorent. elle est tout ce qu'ils ont toujours voulu, vraiment. un ange, du genre qui entend. du genre qui s'envole trop tôt. ou se retrouve trop tôt six pieds sous terre. elsie, il aurait tout donné pour elle. peut-être parce qu'elle ne l'oubliait pas. peut-être parce qu'elle aimait ses dessins. qu'à six ans elle dansait et que son rire, il s'en souvient comme d'une paume contre sa gorge. mais le rire ne vibre plus. son coeur non plus. partie trop tôt. l'année de ses dix-sept ans. et il n'a jamais trop su quoi dire. à qui en parler. entouré d'amis, de gens rencontrés à l'école, au fil de son enfance. pour qui il a fait de son mieux, a répété ce qu'on avait pu lui enseigner. les mêmes mots. cette fausse normalité. il doit même être discret en regardant bouger les lèvres de l'un ou de l'autre. combine des morceaux d'informations. mais il n'a jamais vraiment réussi à comprendre pourquoi on l'avait pris elle, et pas lui. il n'aurait pas du grandir après tout. elle, si. elle avait tout pour.

les yeux se ferment. une respiration. il est trop protégé, peut-être. ne sort pas beaucoup, parce que c'est plus simple. et les parents ni trop riches ni trop pauvres, il n'en entend qu'à peine parler après qu'ils aient été poser des fleurs sur sa tombe. ce n'est plus que le travail, et même les dîners se font en silence, et encore, quand il sont là. et il ne sait vraiment - n'a jamais vraiment su comment réclamer un peu d'attention. à eux. à d'autres. il se réfugie devant des films - pour gosses, ou des romcoms stupides ( avec les sous-titres qu'il n'oserait jamais allumer devant ses parents ). dans ses dessins. dans des classes, à voir des gamines danser, et à retenir ses larmes. dans d'autres, ou les corps n'en sont que des corps, fascinants, ayant trait à quelque chose de sublime, vraiment. il en couperait presque le contact avec ses amis, le peu qu'il a, le peu qui vraiment lui importe. le peu qui le fait encore sourire. mais il en a trop besoin.

il ne s'éloigne jamais de sa ville. il aimerait parfois, mais il parait qu'il ne survivrait pas longtemps. trop stupide, ou trop inepte. merci maman. inutile. papa. des mots stupides, des conversations qu'ils oublient mais qui restent marquées dans son esprit, n'en deviennent que pire avec le temps. il ne s'éloigne jamais vraiment de ses cansons, de ses fusains. au moins il se reconnait dans ses dessins.

et il rêve, il rêve d'amour, d'ailleurs aussi. et c'est comme si on l'attrapait au vol. des rires, des sourires, et celui-là, en coin, trop intelligent pour être vrai. trop intelligent pour être honnête. du genre qui ferait tomber n'importe qui à ses pieds d'un regard. et il est tomé, gabriel. s'est effondré du haut du nuage sur lequel il s'était réfugié pour se retrouver bien bas. un temps sans rien, un temps ou tout n'est que lui. plus d'amis, plus de maison à l'heure du dîner. le creux de ses bras, son lit. et pas un mot à personne. il se perd et ne se retrouve pas. et perd une partie de lui. ce n'est pas bien long, mais c'est intense, et il a tout oublié, tout donner, et même ses mains ont oublié comment courir sur le papier. il part sur un rire. tout n'était que rien. on s'est amusés, non ? non. il a vécu. il a donné. mais ce n'était rien qu'un secret un peu trop gros, un peu trop encombrant. et il n'était rien qu'un peu de chaleur au creux d'un lit pour un type qui ne l'a pas aimé, qui n'a su que le laisser croire, sans même lui mentir. trop naïf. trop stupide. vraiment. ses yeux s'éteignent.

il y eut les autres, enfin. les retrouver, sans qu'il ne sachent rien. léo. une relation étrange, trop rapide. qui l'a rattrapé avant qu'il ne touche le sol. qui l'a fait briller encore. qui l'a fait sourire. et qui est parti comme il était arrivé ( même s'il était arrivé bien des années avant ), qui est parti sans vraiment s'expliquer. probablement qu'il ne l'aimait pas non plus, qu'il pense. probablement qu'on ne l'aimera jamais. il n'ose plus rêver. pas après tout ceci. trop - trop loin, trop vite, trop naïf, trop con. c'est de sa faute, de toute façon. même s'il ne sait pas pourquoi il est parti. une histoire qui aurait pu, qui aurait dû. mais non. il ne s'est pris le sol qu'encore plus violemment, en pleine face. encore plus seul. et il n'y a plus de mots, et l'espoir s'en est allé aussi vite qu'il était venu, et personne ne sait toujours rien du cœur brisé une fois, et il cache bien comme le scotch qui aurait pu tenir a fondu comme neige au soleil. juste une solution temporaire. une solution pas vraiment efficace, personne ne l'a tenu, vraiment. personne ne l'a retenu, après.

mais ses peintures sont son espoir. partir, aussi. pas bien loin. juste - plus là. plus dans cet appartement trop vide, entre sept heures et demie et dix heures, trop tard le soir. c'est pour du monde qu'il repart. pour ces amis qui n'ont que peu entendu parler de lui pendant quelques moi. qu'il a eu peur de perdre, quand il est revenu, les yeux cloués au sol. mais qui étaient toujours là au final. et ses peintures terminent dans une galerie. il ne sort pas beaucoup - toujours pas. parfois, avec eux. il n'ose plus trop demander, plus trop espérer. il ne leur a rien dit, il a appris a se taire, après tout, c'est plus simple de ne pas les heurter. et il sera normal, ce qu'on a toujours voulu pour lui. un type de vingt ans, un peu plus maintenant, qui se laisse faire, mais ne peut s'empêcher d'espérer que quelque corps restera, une fois la nuit passée, les quelques fois ou il trouve le courage de s'abandonner, d'y mettre une once d'espoir. et il n'ose toujours pas passer la porte de quelque association que ce soit. d'en trouver d'autres comme lui. et il ne sait pas vraiment par ou partir, ou ou rester. mais pour le moment les gens aiment ses peintures, dans une galerie. et son coeur bat. et son âme reste couchée sur le papier, peut-être le seul endroit ou elle s'exprime sans normalité, sans danger.


Dernière édition par Gabriel Bergmann le Mer 12 Oct - 12:43, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : KILLER QUEEN
× messages : 40
x points : 13
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : 24

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Mar 4 Oct - 22:55


des coeurs, magiquement, just for you Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : scarlett glasses (Julia)
× messages : 128
x points : 114
× date d'inscription : 01/10/2016
→ âge : vingt-quatre ans

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Mar 4 Oct - 23:18
AH QUE COUCOU What a Face

_________________
Broken skies, heartaches that flowers won't mend. Say goodbye, knowing that this is the end. Tender dreams, shadows fall, love too sweet, to recall. Dry your eyes, face the dawn, life will go on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : spf
× messages : 63
x points : 63
× date d'inscription : 01/10/2016
→ âge : 31 ans

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Mer 5 Oct - 1:11
Bienvenue sur le forum ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 164
x points : 131
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : twenty one, barely.

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Mer 5 Oct - 10:09
vous et les coeurs, s2g vOUS VOYEZ J'EN AI PLUS QUE VOUS.

et merci eodiaz!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : BOHEMIAN RHAPOSDY
× messages : 138
x points : 121
× date d'inscription : 01/10/2016
→ âge : 20 ans

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Mer 5 Oct - 11:52
Officiellement bienvenudo parmi nous

_________________
another one bites the dust
Are you happy, are you satisfied, How long can you stand the heat ? Out of the doorway the bullets rip... to the sound of the beat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 164
x points : 131
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : twenty one, barely.

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Mer 5 Oct - 19:08
merci mon poulet.

allez, poll time, j'ai fait quelques avatars ( bien moches ), aiday moi à choisir maintenant. syvouplémersi.

le lien de la galerie il est .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : megalovania.
× messages : 66
x points : 26
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : Vingt-quatre ans.

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Mer 5 Oct - 19:34
"quelques" avatars holy shit.
J'ai envie de te dire, ce que tu préfères choupinet. Perso j'aime bien ceux où il est en mode branleur à côté d'une nana (il serait presque crédible comme ça) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 164
x points : 131
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : twenty one, barely.

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Ven 7 Oct - 14:23
J'AI FINI Z'AVEZ VU LE MIRACLE bon c'est tout pourri mais on va faire genre on a pas vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : albatross
× messages : 55
x points : 36
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : 21

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Sam 8 Oct - 0:38
Bienvenu

Ton perso semble un délice :D J'espère qu'on se déniche un lien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 164
x points : 131
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : twenty one, barely.

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Sam 8 Oct - 1:35
Aw, merci! Ce sera avec grand plaisir, si tu veux en discuter par mp, toussa toussa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : BOHEMIAN RHAPOSDY
× messages : 138
x points : 121
× date d'inscription : 01/10/2016
→ âge : 20 ans

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Sam 8 Oct - 19:08
BRAVO, TU ES OFFICIELLEMENT VALIDÉ(E)


Ton style est juste Désolée pour le retard, Cécile rentrait chez ses parents et moi je buvais hier soir après avoir couru toute la journée Arrow En tout cas, c'est une très belle fiche, très bien écrite

Si ça te va, je te propose de te rejoindre le groupe de la Gourmandise ? Donne moi ton feu vert pour que je t'ajoute !

Je t'invite d'ores et déjà à aller créer ta fiche de liens en n'oubliant pas de la compléter un minimum pour que les membres puissent avoir une idée de ton personnage ce qui leur permettra de trouver plus facilement des liens Toute la gestion courante et les demandes afférentes à ton personnage se trouvent par ici.

Tu trouveras également ici même un petit registre des lieux disponibles pour rp sur le forum.

Enfin, n'hésite pas à contacter le staff si tu as la moindre difficulté sur le forum, pour trouver des liens, rp, ou pour toute autre raison

Have fun

_________________
another one bites the dust
Are you happy, are you satisfied, How long can you stand the heat ? Out of the doorway the bullets rip... to the sound of the beat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

× pseudo : delancey.
× messages : 164
x points : 131
× date d'inscription : 04/10/2016
→ âge : twenty one, barely.

MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   Sam 8 Oct - 19:16
Aww, merci tu es adorable! Et no blemo pour le retard, cha arrive, toussa toussa. Enfin, les compliments me vont droit au coeur et la gourmandise me va à merveille! Cuve bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ( the broken wishes washing with them to shore )   
Revenir en haut Aller en bas
 

( the broken wishes washing with them to shore )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hogan critique The Rock! Star Jersey Shore dans le ring ++
» Howard Shore
» South Jersey Shore [Old Crow]
» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE TERRIBLE PEOPLE  :: I LOVE RIEN, I'M A PARISIEN :: j'aime plus Paris :: Fiches validées-